bluebells

bluebells_1_500

die bluebells unter der hainbuche treiben aus. hyacinthoides non-scripta / atlantisches hasenglöckchen, also die common bluebells, oder hyacinthoides hispanica / spanisches hasenglöckchen oder…? ein kleineres problem: in diesem jahr wird genau hingeschaut & als ersatz bluebell wood reicht es erst einmal… die zuordnung schien ein grösseres zu sein:

Résumé analytique. – Discussion critique des noms de genres Scilla L.emend. Bak., Chd., Endymion Dum. rev. Chd., Urginea Steinth., qui doivent être conservés. – Critique des noms d’espèces chez les Endymion: le Hyacinthus cernuus de Linné est au plus une race d’E. patulus Dum.; la Jacinthe des bois, ou Bluebell: E. nutans Dum. et Auct. gall., doit s’appeler E. Non-scriptus (L. pro parte !) Garcke. – Critique des noms d’espèces des Scilla de Linné, en particulier de S. lusitanica L., qui doit disparaître, ne correspondant à aucune espèce botanique.

Avant-propos. – Afin d’éclaircir les désignations, souvent confuses, des Liliacées bulbeuses que j’étudie depuis plus de douze ans, j’a i examiné les types mêmes de Linné, précieusement conservés à la Société Linnéenne de Londres. J’ai complété mon enquête par l’étude de l’herbier linnéen de l’Hortus Cliffortianus, conservé au British Museum, et par une copieuse bibliographie. Je me limiterai aujourd’hui à celles des espèces linnéennes que nous rangeons maintenant dans les genres Scilla et Endymion.

[…]

RÈSUMÈ. – De l’examen des textes, et des documents d’herbier laissès par Linné, il rÉsulte que: 1° le genre Scilla L. emend. auct. doit figurer sur son liste de nomina conservanda, l’espèce-type du genre ayant été reportée une liste les Urginea Steinh. 1834, nom qui doit figurer sur la même liste. – 2° Il y a de fortes raisons taxonomiques de conserver et d’érendre le genre Endymion Dum. (1827), tiré de Hyacinthus L. et de Scilla L. Ce nom Endymion Dum. Revis. Chd. Doit figurer sur une liste de nomina conservanda à l’encontre des noms antérieurs Usteria Medic. (1790) et Hyacinthoides Medic. (1791), l’un et l’autre tombés en complète désuétude, et la premier faisant, de plus, confusion avec un nom semblable et de même date dû à Willenow. – 3° Le Hyacinthus non scripta L. 1753 comprend en réalite au moins deux espèces de nos Endymion, dont l’un, bien connu sous le nom Endymion nutans Dum. 1827 (Jacinthe des bois, Bluebell), doit s’appeler, selon les règles, E. non-scriptus (L. pro parte!) Garcke (1849-1854). – 4° Le Hyacinthus cernuus L. 1753 doit passer au rang de variété, probablement d’orgine hybride et horticole, de l’Endymion patulus Dum. – Une révision de la taxonomie des Endymion section Hylomenes (Salisb. pro gen.) est donnée ici à cette occasion – 5° Scilla lusitanica L. 1767, attribuée successivement à six ou sept plantes différentens, est un nom qui doit disparaître, cat il ne correspond, comme type d’herbier, qu’à une anomalie horticole de Scilla bifolia L. 1753, et, comme description de Linné, qu’à un mélanfe de caractères empruntés à cet échantillon d’herbier, à des diagnoses d’anciens auteurs, et à une plante du Portugal reçue et égarée ensuite par Linné.

pierre chouard, ‚les noms linnéens des scilla et des endymion et leur véritable signification‘ in ‚bulletin de la société botanique de france‘, nr. 81, paris, 1934.

hortus_eystettensis_hyacinthus_anglicus_500   ill. aus basilius besler, ‚hortvs eystettensis‘, 1613.

___

Werbeanzeigen